Projekte

Projekt ENSEMI: insertion professionnelle d’enseignants formés hors de Suisse dans le canton de Fribourg
Teilnehmende: Jacqueline Gremaud, Richard Mettraux, Matthieu Bolay, Jeanne Rey, Delphine Etienne-Tomasini
Zeit: 2017‐2022
Finanzierung : HEP|PH FR
Le canton de Fribourg connaît depuis quelques années une situation tendue sur le plan du recrutement d’enseignants au niveau primaire. Celle‐ci se traduit par une tendance grandissante à compléter les effectifs du corps enseignant par l’engagement d’enseignants formés à l'étranger (principalement dans l'Union européenne). Plus généralement, ce constate reflète également l’accroissement de la mobilité géographique au sein d’un secteur qui valorise traditionnellement l’ancrage local de la figure de l’enseignant. Les parcours d’insertion professionnelle et sociale d’enseignants formés dans un autre contexte national ont fait l’objet d’études récentes dans divers pays (Schmidt & Schneider, 2016 ; Reid, 2013 ; Morrissette & Audet, 2018). Dans leur prolongement, cette recherche vise à mieux comprendre les enjeux liés à l’insertion sociale et professionnelle de ces enseignants. Le premier volet de cette recherche (2017-2019) repose sur des entretiens de recherche qualitatifs (Witzel, 2000) avec des enseignants formés à l'étranger. Combinant les perspectives des théories critiques de la migration (Roulleau-Berger, 2011) et de l'analyse du travail (Clot & Faïta, 2000), il a permis de souligner une forme de précarisation des enseignants formés à l'étranger, induite notamment par des processus de reconnaissance découplés entre les niveaux formel (diplômes, engagement, statut) et social (intégration dans le milieu professionnel). La seconde phase du projet (2020-2022) approfondira ces résultats en les étayant d'un point de vue empirique et théorique, avec un accent analytique sur la pratique professionnelle. Cette recherche permet d’identifier les besoins d’information, d’accompagnement ou de formation des enseignants formés à l'étranger (partenaire: service d’introduction à la profession HEPFR).

Projekt Insertion professionnelle des enseignant·e·s débutant·e·s : degré de satisfaction au travail et perception des besoins ressentis
Teilnehmende: Jacqueline Gremaud, Isabelle Monnard (FE EVIDENS)
Zeit: 2017‐2021
Finanzierung : HEP|PH FR
A Fribourg, l’accompagnement professionnel des enseignants entrant dans le métier est organisé par le service de l'introduction à la profession sous la responsabilité de la formation continue de la HEP/PH FR. Dès sa mise en œuvre, ce dispositif a fait l'objet de plusieurs études (Gremaud & Rey, 2010, 2011 ; Rey & Gremaud, 2013). 
La recherche s'articule sur deux axes : 1) la posture et le rôle des formateurs praticiens dans l’animation des séances collectives avec les enseignants débutants dans le cadre de l'accompagnement professionnel en séances collectives (Monnard & Gremaud, 2016) et 2) les besoins ressentis par les enseignants débutants à l’égard des ressources mises à leur disposition au début de leur carrière.  
L'objectif de la première partie de la recherche, qui étudie la nature des interactions entre des formateurs praticiens (FP) et des enseignants débutants (ED) en situation d’analyse de pratique, s’inscrit dans le champ de l’accompagnement professionnel. Cette étape a été réalisée à partir des données issues de séquences filmées de groupes d’enseignants débutants accompagnés par un duo de FP. La recherche montre que des structures récurrentes apparaissant dans la distribution du rapport « accompagné-accompagnant» (Monnard & Gremaud, 2016).   
La deuxième partie de la recherche examine le degré de satisfaction des enseignants débutants en situation d’insertion, leurs besoins face aux ressources et aux obstacles rencontrés au fil des parcours professionnels, les transitions et les constructions identitaires ainsi que leur perception des besoins reçus ou ressentis. L'objectif de la recherche vise à analyser notamment la place spécifique du dispositif d’accompagnement parmi les ressources mises à disposition des enseignants débutants. A ces fins, une méthode mixte a été choisie. Les données quantitatives sont issues de données secondaires de l’enquête INSERCH réalisée en 2017 auprès d’un sous-échantillon d’enseignants débutants fribourgeois ainsi que des données récoltées auprès de la volée d'enseignants fribourgeois au terme de leur première année de pratique en juin 2020 au moyen d'un outil adapté à partir d’un questionnaire sur les typologies de de besoins de Mukamurera et al. (2013) et dans une perspective longitudinale. Le volet qualitatif quant à lui propose des clés de compréhension du parcours et de la transition des études au travail de huit enseignants durant leur première année de pratique (entretiens menés en mai et octobre 2018). Les résultats préliminaires ont fait l’objet de communications au CRIFPE à Montréal (mai 2019) et durant la journée scientifique « S’insérer dans la profession enseignante, accompagner l’insertion » organisée par l’UR à la HEP/PH de Fribourg (janvier, 2020).

Projet AccPEP (en phase exploratoire) – Accompagnement pédagogique professionnel d'enseignants chevronnés en difficulté
Teilnehmende: Richard Mettraux, Corinne Courlet (SenOF)
Zeit: 2018-2020
Finanzierung: HEP|PH FR, SenOF (DICS)

Si de nombreuses études ou dispositifs se sont penchés sur la formation initiale des enseignants et leurs premiers pas dans l’enseignement, le champ de ce que nous nommerons la formation continuée des enseignants est encore peu explorée, notamment du point de vue de l’analyse de leur pratique et de l’accompagnement d’enseignants expérimentés en difficulté professionnelle.
En appréhendant le travail comme une production de soi qui participe en retour à la construction de soi et en prenant en compte la complexité que caractérise la plupart des situations professionnelles, le dispositif innovant et intégrateur de l’APP vise le déplacement et le changement professionnel : comment construire un sens nouveau à son travail ? 
La première intention de notre recherche exploratoire vise l’éclairage du co-cheminement entre l’accompagnateur et la personne accompagnée : comment comprendre l’expérience de développement professionnels d’enseignants expérimentés du primaire fribourgeois en difficulté dans l’exercice de leur métier ? En prenant le contre-pied à des ressources d’aide que nous qualifions de classiques, la deuxième intention de notre recherche se situe dans l’analyse du dispositif innovant et intégrateur visant à ce déplacement (APP) : quels processus et quelles conditions du développement professionnel permettent ce déplacement, pour faire exister une rencontre nouvelle, d’abord avec soi ?

Projet Reconfigurations diasporiques des réseaux pentecôtistes franco-suisses : Enjeux éducatifs, économiques et sociaux
Teilnehmende: Jeanne Rey (requérante principale), en partenariat avec la chaire Diasporas africaines (Sciences Po Bordeaux et Université Bordeaux-Montaigne, France)
Zeit: 2019-2021
Finanzierung: Ministère français de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), HEP|PH FR

Le projet DIASPORA s'inscrit dans le programme de recherche de la chaire « Diasporas africaines » de Sciences Po Bordeaux et de l’Université Bordeaux-Montaigne. Il vise à étudier les enjeux liés à l'apparition et la mise en réseau d'associations diasporiques, à partir du cas des Eglises fondées par des migrants d’origine africaine. En France comme en Suisse, les Églises africaines ont pris leur essor dès les années 1980 et de manière plus soutenue encore au cours des années 1990 et 2000. Ces Églises s’organisent en réseaux transnationaux adoptant une structure variable. Ceux-ci constituent le support d’une circulation de ressources, de personnes et de pratiques religieuses organisée par des liens d’affiliation, tendant vers des processus d’accumulation au niveau local, en Afrique ou dans la diaspora. Cette recherche vise à questionner les modalités de reconfiguration de ces réseaux religieux transnationaux et développe une analyse des enjeux éducatifs associés à leur reconfiguration. Il y sera notamment question du rôle des dirigeants de ces organisations comme relai, interprète ou autorité en matière d'éducation pour la sphère scolaire ou familiale.
La méthode de recherche repose sur une enquête ethnographique au sein d’Églises issues de la diaspora africaine en France et en Suisse, entretenant des liens transnationaux entre elles de l’ordre de l’affiliation ou du parrainage. Cette recherche permettra de comprendre comment la répartition de ressources économiques, les perspectives de mobilité sociale et la reconfiguration transnationale des réseaux religieux s’articulent avec des enjeux éducatifs et organisent une relecture de l'expérience diasporique en matière de scolarisation. Elle offrira une compréhension du rapport à l'école qui se construit dans ces collectifs issus de la migration africaine.
Plus d'information sur le site de la chaire "Diasporas africaines"

Projet Intention de quitter la profession pour les enseignants du primaire
Teilnehmende:Jeanne Rey (HEP|PH FR), Matthias Rossi (verantwortlicher Gesuchsteller), Haute Ecole de Gestion HESSO-Fribourg), Mélanie Thomet (Haute Ecole de Gestion HESSO-Fribourg)
Zeit: 2019-2023
Finanzierung: Eidgenössisches Büro für die Gleichstellung von Frau und Mann

La recherche montre que le risque pour les enseignants du primaire de quitter la profession peu de temps après leur insertion est relativement élevé. Tous les établissements ne semblent pas égaux lorsqu’il s’agit d’attirer ou de retenir du personnel. Certaines variables organisationnelles liées aux conditions d’emploi, aux modes de gestion, à la satisfaction, joueraient un rôle dans l’intention de quitter. L’objectif de ce projet est d’identifier, pour les enseignants du primaire, quelles sont les variables organisationnelles et de gestion des ressources humaines qui ont un impact sur l’intention de quitter la profession, puis de développer et de mettre en œuvre, avec les directions d’école participant au projet, un plan d’action visant à diminuer l’intention de quitter la profession et à favoriser la rétention du personnel masculin. L'Unité de recherche TRAJECTOIRES est un partenaire du projet, conduit par la Haute Ecole de Gestion Fribourg.

Projet La prise en compte des émotions verbalisées dans la construction de l’identité professionnelle enseignante en formation initiale
Teilnehmende: Stéphanie de Diesbach-Dolder, Delphine Etienne-Tomasini
Zeit: 2020-2022
Finanzierung: HEP|PH FR

Face à l’évolution de la société, le métier d'enseignant·e a vécu des transformations identitaires importantes ces dernières décennies. Pour répondre à ces changements, la formation des enseignant·e·s s’est engagée à porter une attention particulière au développement de compétences professionnelles (Beckers, 2007 ; Tardif & Desbiens, 2014) et de compétences émotionnelles (Doudin, Curchod-Ruedi, Lafortune & Lafranchise, 2011 ; Doudin, Curchod-Ruedi & Moreau, 2011; Lafranchise, Lafortune & Rousseau, 2011) pour définir la profession. Dans notre projet, nous partons de l’hypothèse qu’un travail sur les émotions et avec les émotions peut contribuer à la construction de l’identité professionnelle et ainsi favoriser la qualité de l’insertion professionnelle des enseignant·e·s.
Lorsque les émotions sont mises en mots dans les dispositifs de formation, quels processus de « mise en réflexivité » – processus que certains auteurs appellent la secondarisation (Bautier & Goigoux, 2004 ; de Diesbach-Dolder, 2018 ; Jaubert, Rebière, & Bernié, 2004 ) – sont-ils favorisés ? En adoptant une perspective socioculturelle inspirée de Vygotski (1934/1985), nous reconnaissons la dimension sociale et transformationnelle des émotions et nous les envisageons comme étant susceptibles de contribuer au développement identitaire de l’individu (Gohier & Anadon, 2003; Etienne-Tomasini, 2018 ; Perez-Roux, 2012).
Notre projet vise à examiner : (a) les contenus portant sur les dimensions émotionnelles qui sont intégrés dans les curriculums de formation des enseignant·e·s dans le canton de Fribourg ; (b) les représentations que les forma·teur·trice·s et étudiant·e·s assignent aux dimensions émotionnelles dans la formation initiale ; (c) la manière dont les étudiant·e·s s’approprient les dimensions émotionnelles dans une perspective de développement professionnel.
Les données seront récoltées en impliquant la mise en œuvre d’une méthode inductive, des entretiens semi-dirigés (Blanchet & Gotman, 1992) ainsi qu’une analyse des pratiques des étudiant·e·s  (par exemple au travers d’ « incidents critiques »). Elles seront ensuite analysées par des méthodes d’analyse de contenu, d’analyse des interactions en classe et du discours.
Notre projet revêt des enjeux de formation importants institutionnellement et qui sont également pertinents pour la valorisation de la recherche dans les HEP en général, dans une démarche de « recherche-action. Il s’inscrit dans une tendance sociale nouvelle qui tend à accorder de l’importance aux émotions et au rôle qu’elles peuvent être amenées à jouer dans le développement humain. Nous entendons ainsi contribuer de manière novatrice à l’ouverture de nouvelles réflexions sur le développement professionnel des enseignant·e·s.

Projet INSERCH: Trajectoires d’insertion professionnelle des enseignants
Teilnehmende: Jeanne Rey, Matthieu Bolay
Zeit: seit 2007
Finanzierung: Conseil académique des hautes écoles romandes en charge de la formation des enseignant.e.s (CAHR), HEP|PH FR
Cette enquête porte sur l’insertion professionnelle des enseignant·e·s formés dans les cantons romands et au Tessin pendant la phase de transition entre la formation et la pratique professionnelle, ainsi que pendant les premières 3 années d’activité en tant qu’enseignant·e. Le groupe de pilotage interinstitutionnel INSERCH reconduit annuellement une enquête en ligne sur l’insertion professionnelle, auprès des nouveaux diplômé·e·s des instituts de formation à l’enseignement des HEP romandes (HEPFR, HEP‐BEJUNE, HEPVD, HEP‐VS), du Tessin, de l’IUFE (UNIGE) et de l’UNIFR. Dès 2007, un questionnaire conçu dans une perspective de collaboration interinstitutionnelle visait la récolte de données devant permettre à l’enquête de :
1. décrire les conditions d’exercice de l’enseignement par les nouveaux diplômés ainsi que les principaux problèmes rencontrés
2. répertorier les stratégies d’insertion professionnelle adoptées par les nouveaux diplômés ainsi que leur impact sur le succès de l’insertion et
3. identifier les forces et les faiblesses de la formation à l’enseignement dispensée par les instituts de formation à l’enseignement ainsi que les besoins de formation continue exprimés par ces diplômés.
Une version révisée du questionnaire intègrera ensuite le rôle de l’emploi dans une logique de carrière, au sens interactionniste d’une trajectoire professionnelle qui se construit au fil du temps. Cette enquête est un mandat du Conseil Académique des Hautes Ecoles Romandes en charge de la formation des enseignant·e·s (CAHR) et répond à un besoin de monitoring institutionnel. Au-delà du mandat du CAHR lié au pilotage des institutions de formation, l'enquête INSERCH constitue également une source de données précieuse pour la recherche, de par son caractère longitudinal et son envergure intercantonale.
Voir le site du projet.
Voir le programme de la journée d'études de janvier 2020.

Transnationalisation de l’éducation et trajectoires enseignantes
Teilnehmende: Jeanne Rey, Matthieu Bolay, Elisabeth Schubiger, Camille Poursac, Noémie Kumar, Yonatan Gez (Universität Konstanz), Manya Kagan (Université de Ben Gurion)
Zeit: 2015-2022
Finanzierung: Schweizerischer Nationalfonds (SNF), HEP|PH FR

Cette recherche ethnographique analyse les processus de transnationalisation dans le champ de l’éducation, à partir des trajectoires des enseignants. Dans une perspective essentiellement inductive, elle s’articule autour de trois axes de recherche : 1) les processus de transnationalisation des écoles, 2) l’impact de cette transnationalisation sur les pratiques pédagogiques et d’enseignement, 3) les trajectoires des enseignants, sur les plans de la formation, de l'emploi et de la mobilité internationale. L’enquête multi-située intègre des observations dans des écoles internationales en Suisse, en Amérique du Nord et en Afrique de l’Est. Cette recherche permet de comprendre la manière dont les acteurs et institutions négocient l’accès à un espace transnational au-delà des frontières des Etats-nations dans le domaine de l’éducation. Elle s'inscrit dans les théories du transnationalisme en questionnant les notions d’espace social, de frontière et de communauté. Elle documente les enjeux identitaires et professionnels associés aux transitions vécues par ces enseignants.
L'enquête ethnographique (2015-2019), financée par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, a permis de mettre en évidence les singularités des écoles internationales sur le plan des espaces éducatifs, des dispositifs pédagogiques et de l'orientation des trajectoires professionnelles en enseignement. Ces résultats sont actuellement analysés à la lumière 1) du contraste entre le secteur de l'enseignement public et celui du privé international ; 2) des questions de privilèges et d'inégalités ; 3) de la place du cosmopolitisme dans l'ethos éducatif des écoles internationales.
Mehr Infos auf Englisch